dimanche 29 octobre 2017

Premières Lignes #16





C'est sur le blog Les pages qui chuchotent que j'ai découvert ce rendez-vous créé par Ma Lecturothèque, et j'en ai trouvé le principe intéressant. Après tout, quand je vais en librairie pour acheter un nouveau livre, je regarde toujours la couverture et la quatrième de couverture. Mais il m'arrive aussi de lire les premières lignes voire les deux premières pages pour voir si le style de l'auteur me plait. J'ai donc décider de partager avec vous, chaque semaine, les premières lignes des romans qui m'ont plu ou même de mes lectures en cours en fonction de mon envie du moment. 






Résumé : Raine Cooper, une jeune femme de dix-sept ans, traverse une période difficile, entre la disparition de son père, le comportement fantasque de sa mère et le déménagement prochain de son petit-ami. La dernière chose dont elle a besoin en ce moment, c'est l'arrivée de Torin St James, un nouveau voisin mystérieux au sourire taquin qui la fixe avec insistance dès qu'elle croise son regard.
Raine est attirée malgré elle par le charme ténébreux de Torin, jusqu'à ce qu'il lui sauve la vie à l'aide de marques étranges. Elle comprend alors qu'il est différent des autres. En proie à des sentiments contradictoires, son coeur balance : doit-elle le fuir ou tomber dans ses bras ?
Effrayée par ce qui lui arrive, elle décide d'en savoir plus sur cet énigmatique jeune homme. Mais plus elle s'approche de la vérité, plus ce qu'elle découvre se révèle sinistre. L'histoire de Torin est liée à une mythologie ancestrale et elle s'y retrouve mêlée contre son gré. Raine et ses amis sont en danger. Elle doit choisir son camp, mais le mauvais choix pourrait lui coûter la vie.


Premières lignes : " - C'est trop injuste. Mes parents ont encore décidé de limiter mon accès à l'ordinateur, râlait Cora tout en roulant de gros yeux en direction de la webcam. Mais comme toujours, ma meilleure amie Raine assure mes arrières, et me voici avec le nouveau Canon de la Semaine. Avant de vous donner ses statistiques, j'ai besoin de faire une petite pause, alors on se retrouve dans une minute. 
Elle enfonça le bouton "pause" de la webcam et fit pivoter sa chaise vers moi.
- Merci, je meurs de faim."

2 commentaires: